jeudi 8 janvier 2015

Au dodo les petits !

"Qu'il ne fasse pas ses nuits ... à la rigueur, mais qu'il nous laisse faire les nôtres !"
Guide de survie à l'usage des parents

Voilà un moment où il est bien difficile de rester "bienveillant" : au moment du coucher.
Votre enfant ne dort pas ? Il est fatigué, ronchon le soir ? Il mange peu ou mal ? Le repas du soir est une vraie calamité ?

Vous souhaitez qu'il s'endorme en 5 minutes, autour de 20h et se réveille le lendemain à 7h frais et dispo sans vous avoir dérangé une seule fois la nuit ? 
Vous avez envie d'un enfant en pleine forme la journée, qui mange, le teint frais et la mine réjouit ?
Et surtout vous cherchez à rester bienveillant, sans élever la voix, sans le laisser pleurer seul, sans même peut-être renoncer au co-dodo qui vous est cher et sans utiliser de sirop dors-bien, hein, ni de tranxène ...
Bon et puis, fait non négligeable : vous voulez dormir vous aussi. 


Que votre enfant soit petit ou grand, vous avez peut-être cliqué sur le bon lien. 

Chez nous, nous avions essayé beaucoup de choses :
Avec l’aîné, quand il était tout petit, ce fut de le laisser pleurer, sur les conseils de notre entourage. Au bout de trois quart d'heures horribles et d'un gros vomi (literie à changer, pyjama, etc) nous avons récupéré un enfant complètement paniqué et absolument pas près à dormir et des parents jurant qu'on ne les y reprendrait plus. Il a finalement fait ses nuits à 6 mois, ce que, à l'époque, je trouvais tard (rire).
Avec le second nous avons "lâché-prise" et consolé, câliné, usé notre énergie à force de peu de sommeil. Il a dormi de vraies nuits (c'est à dire 3 nuits d'affilées de 20h30 à 7h sans aucun réveil) à 5 ans, c'est à dire 2 semaines avant la naissance de sa sœur. Je me souviens de périodes où il se réveillait chaque nuit au moins 4 fois. Nous avons testé plein de méthodes douces, et nous nous sommes relayés. Nous avons tenu, à la force de notre mental.
Avec la petite dernière, au bout d'un an et demi sur ce rythme, je voyais bien que nous ne pourrions pas aller plus loin sans faire de vrai dégâts familiaux.

Clairement nous avions un problème. Mais vu le besoin (voir plus haut), les méthodes ne sont apparemment pas légions...

J'ai d'abord été tentée par la méthode Pantley, avec son livre "Un sommeil paisible et sans pleurs". 
Synthétiquement, il s'agit de 
- établir un planning (ce que l'on souhaite)
- utiliser un rituel du coucher avec apaisement de l'ambiance le soir avant d'aller au lit
- noter assidûment sur une fiche les différents heures de réveil nuit et jour et les rituels utilisés.
- à chaque réveil, rendormir son enfant de la méthode la moins proche de vous, et si ça ne fonctionne pas, le rapprocher (par exemple bercer son bébé, s'il ne s'endort pas au bout de 20 minutes ou si ses pleurs augmentent le mettre au sein / le caresser dans son lit, s'il ne s'apaise pas le bercer / etc). Ne pas le laisser s'endormir tout à fait et le poser dans son lit juste avant. S'il pleure à nouveau, recommencer, etc...
- voir la quantité de sommeil de son bébé augmenter grâce aux fiches, tous les 10 jours.

Cette méthode n'a pas fonctionné chez nous pour plusieurs raisons :
- la principale, c'est l'épuisement et l'envie de voir mon bébé se rendormir vite vite. 
- avec trois enfants, l'ambiance du soir est toujours festive. C'était impossible pour nous, sans mettre les deux grands en pension, d'avoir une ambiance calme.
- le temps qu'elle prend et surtout la durée. 

Et puis, merveille des merveilles, nos amis Alexandre et Elsa nous ont mis entre les mains ce bouquin : "Au dodo les petits" d'Anna Wahlgreen. (Oui d'ailleurs, je n'oublie pas de vous le rendre, non non). C'était le 2 novembre 2014 exactement.


Ça semblait trop beau pour être vrai.  

Et pourtant, nous sommes passés de :
  • un endormissement en minimum une heure et demie (20h30 - 22h), en restant allongé près de notre enfant
  • quatre réveils nocturnes dont un avant minuit, rendormie au sein systématiquement.
  • un réveil final vers 6h
  • une sieste de 30 minutes à une heure maximum
(soit 8h à 9h de sommeil par jour à 20 mois)
à
  • un endormissement en 15 minutes (voire 2 minutes quand le second reste dans la même pièce à dormir avec elle) à 20h30
  • plus aucune soirée avec réveil dès le début 
  • des nuits jusqu'à 7h30 avec 1 seul réveil rendormie facilement (en général)
  • un arrêt complet de l'allaitement nocturne sans problème
  • une sieste de 1h30 avec parfois un réveil au milieu.
 (soit 12h30 de sommeil par jour aujourd'hui à 22 mois)

Et ce rythme a pu reprendre normalement après une roséole et une grippe (40° pendant 3 jours).

Le plus : à présent n'importe qui peut l'endormir, et n'importe où pour peu qu'on respecte l'horaire.

Franchement, nous revivons. Nous étions tous épuisés. Et puis pouvoir passer des soirées en amoureux, sans être dérangés, sans stresser, et sans garder le babyphone à proximité... j'en ai révé, Anna l'a fait !

Alors vous allez me dire, mais comment fait-on ?

D'abord, il faut se procurer le livre, directement sur le site d'Anna (je ne l'ai pas trouvé en vente ailleurs à un prix raisonnable). Livraison comprise cela revient à 25.18€.

Ensuite il s'agit de le lire et le relire (personnellement je l'ai lu 3 fois en un mois).

Voici ce qui me semble être les fondations de la méthode (des découvertes pour moi) :

La sécurité

Un petit chat appelle fort sa mère. Sa mère vient et l'emporte dans sa gueule. Quel a été son ressenti de chaton ? "J'ai senti un danger, maman est venue, elle m'a sauvé."
Un bébé pleure dans son berceau. Sa mère vient et le prend dans ses bras. Quel a été son ressenti d'enfant ? "J'ai senti un danger, maman est venue, elle m'a sauvé."

L'enfant assimile rapidement son lit à un lieu dangereux, puisque maman ou papa vient toujours le "sauver" . 
Cette vision des choses a été capitale dans ma façon de gérer l'endormissement. Car il est bien évident que le lit de notre enfant n'est pas dangereux ! Il est normal et compréhensible qu'un enfant seul dans une chambre sombre prenne peur, mais il n'est pas normal que nous leur laissions croire qu'ils sont effectivement en danger ! Notre job est bien de leur faire sentir que tout va bien au contraire, non seulement à travers nos mots, mais aussi par nos actes.

L'attitude d'évidence

La nuit rien ne se passe. C'est l'attitude qui garantie la sécurité à l'enfant. Quand on est convaincu que la nuit on dort et que rien d'autre ne peut arriver, lorsque l'on est calme nous même, alors l'enfant peut trouver son sommeil lui même et dormir paisiblement. Et se rendormir seul quand il se réveille, puisqu'il est en sécurité dans cette chambre.

Les besoins de sommeil

Dans le monde de "l'alternatif" depuis longtemps, j'avais fini par me convaincre qu'un enfant qui ne dort pas, c'est un enfant qui n'a pas sommeil. Et que ma fille était une "petite dormeuse".
J'ai découvert, en comparant son temps de sommeil avec ce qui est prévu dans les livres qu'il manquait à ma fille près de 4h de sommeil par jour.
Comment un enfant peut-il se développer convenablement dans de telles conditions ?

Des bénéfices collatéraux inattendus

Dans son livre, Anna explique qu'un enfant qui dort mieux va tout d'un coup voir son appétit augmenter, ses acquisitions faire un bond, sa croissance s'accélérer. Cela semble des plus logique et nous avons pu le vérifier (ainsi que "le rose au joue" dont elle parle également).
Elle indique aussi, et là j'étais plus sceptique, qu'un enfant qui commence à dormir correctement va tomber malade, car son corps, trop fatigué jusqu'alors pour faire son travail d'élimination, va tout à coup avoir de l'énergie pour faire une grosse fièvre. Nous avons pu aussi le vérifier ! Roséole, grippe = petites nuits, petits appétits...
Et enfin, encore plus étonnant, des parents qui dorment tout à coup des nuits entières vont être en mode zombie pendant deux à trois semaines. Là je pense que c'est notre entourage qui pourrait témoigner :-)

Vous pouvez lire la présentation de la méthode ici, et je vous propose une synthèse de ce que nous appliquons à la maison ci-dessous.



Le déroulement d'un accompagnement du soir :

  • il est l'heure d'aller au lit (20h15), nous avons notre petit rituel brosse-à-dent-histoire-bisous-à-tout-le-monde.
  • nous montons dans notre dortoir.
  • nous faisons le jeu de la pizza, une bonne partie de rigolade, avec ou sans ses frères qui parfois se joignent à nous attirés par les rires (5 minutes)
  • puis nous éteignons la lumière (je laisse une petite veilleuse, contrairement à ce que la méthode recommande, pour son frère qui reste souvent avec elle)
  • je le couche ou elle se couche toute seule sur son oreiller sur le "matelas des enfants"
  • je pose mes mains en éventail sur elle (son dos ou son ventre en fonction de comment elle s'est couchée, directement ou sur la couverture)
  • je compte 10 secondes, un appui ferme, je me lève et je sors en disant "Bonne nuit, à demain" et en refermant la porte derrière moi. 
  • Invariablement elle râle.
  • je redis 3 fois "Bonne nuit, à demain". C'est la comptine dont parle Anna dans son livre. Il est 20h30.
  • au début, elle pleurait, se levait, venait derrière la porte.
  • alors je lui resservait la comptine (les 4 vers). Un grand moment de silence puis à nouveau je disais la comptine en fonction de ses "questions" ou de sa "colère".
  • confirmation, une dernière fois "Bonne nuit, à demain".
La comptine sert à dire à l'enfant (grâce au ton que l'on emploie) "tu es en sécurité, tout va bien, je suis juste là, je reste avec toi et je vais t'accompagner jusqu'à ce que tu t'endormes". Et une fois qu'il fait silence et qu'on sent que le sommeil arrive, on lui ressert la comptine. Les premières fois ça le réveille, il réagit à nouveau, mais c'est important de le faire pour dire "maintenant que tu as trouvé le calme, je retourne à mes activités, je ne serais plus derrière la porte". C'est comme ça que je l'ai ressenti et j'ai eu l'impression d'être honnête avec ma fille.
En comparaison, avant je restais près d'elle jusqu'à ce qu'elle s'endorme, et partait sur la pointe des pieds... du coup elle se réveillait en panique en constatant que je n'étais plus là.

La première fois, je suis restée 45 minutes derrière la porte. Elle s'est levée plusieurs fois, et à ma grande surprise est retournée se coucher d'elle même jusqu'à trouver le sommeil. Bien sur elle s'est mise en colère, a beaucoup pleuré, mais j'étais là, près d'elle, et ce que je disais semblait faire "effet" puisqu'elle se taisait quand je disais la comptine. Je n'ai jamais eu l'impression de l'abandonner. 
La méthode indique que l'on peut entrer sans un mot, recoucher l'enfant, repositionner les mains et recommencer si vraiment on sent qu'il est "triste". Mais je n'ai pas ressenti l'envie de le faire.

Les fois suivantes ont été plus courtes et en 10 jours nous ne la couchions plus qu'en 15 minutes maxi (même pas le temps de lire une BD assise devant la porte !)

La méthode est très complète et explique beaucoup de cas particuliers et normaux. Par exemple vous pouvez l'utiliser avec un lit à barreau classique, et rester dans l’entrebâillement de la porte de façon à ce que votre enfant ne vous voit pas mais voit la lumière du couloir par exemple. Il ne doit pas pouvoir venir vous rejoindre, c'est pourquoi chez nous, nous avons choisi de fermer la porte.

Anna indique qu'on ne peut pas l'utiliser avant l'age de 4 mois. En effet, entre 0 et 4 mois, l'enfant est trop petit et à un grand besoin de contact et de peau à peau. Il ne peut pas dormir toute un nuit sans manger également.

Je partage cette découverte avec vous car je pense que nous avons tout à gagner à sa diffusion. Nous méritons tous un sommeil réparateur : enfants, parents. Et nos enfants méritent aussi d'avoir des parents pleins de ressources et de créativité, d’enthousiasme et de joie. Tout ce à quoi contribue un sommeil de qualité.

Alex, Elsa, merci de tout cœur d'avoir sauvé nos nuits !


Addendum du 08/11/2016 : Eric Viard et son équipe viennent de rééditer le livre qui était épuisé, il est désormais disponible sur www.biovie.fr et ils ont aussi ouvert un groupe fb sur le sujet : https://www.facebook.com/groups/1165163280186519

Addendum du 12/12/2016 : Sarah Bussenot propose un livret d'une quizaine de page qui reprend les étapes évoquées dans "For the Love of Children" et "Au dodo les petits". 

Elle y présente "Le modèle Standard". 
"Le but est de permettre à n’importe qui de se faire une idée sur la philosophie d'Anna et de présenter le modèle standard de manière très concrète."
Merci à elle pour ce travail !

63 commentaires:

  1. Magnifique! On se retrouve complètement dans votre article...mais où trouver ce livre magique? indisponible en français sur internet, d'autres pistes?

    RépondreSupprimer
  2. Je suis tombée sur votre blog et plus précisément sur cet article après des semaines voire des mois d'errance sur internet pour trouver une solution pour qu'enfin ma fille de 17 mois s'endorme seule, sans une heure d'accompagnement ou de bercement par papa/maman.
    J'ai lu et relu vos mots, puis acheté le bouquin d'Anna Wahlgren (il est de nouveau disponible sur son site). Ca a vraiment changé notre vie! Elle dort maintenant en 5 minutes pour la sieste, 15 minutes le soir, et seule, sans pleurs ou angoisse.
    Cela nous a procuré un très grand soulagement à son père et à moi, ainsi qu'un sentiment de maîtrise incomparable.
    Merci sincèrement d'avoir pris le temps de partager votre expérience, elle nous a été immensément bénéfique.
    Sophie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. dis sophie, tu allaitais? mon plus gros probleme c'est que la derniere chose ke ma fille de 15 mois fait avant de sendormir c'est teter...!
      du coup je sais pas trop comment m'organiser... la tetee avant la rigolade...ou comme d'hab... sachant que lorsque je la pose dans son lit 9 fois sur 10 elle dort deja...

      Supprimer
    2. Bonjour Sophie,

      Un grand merci pour votre enthousiasme, je suis contente que vous ayez pu trouver un chemin agréable pour tout le monde !

      Supprimer
  3. J'aimerai aussi acheter ce livre mais je n'arrive pas a le trouver... Pouvez vous partager le lien ? Merci beaucoup !

    RépondreSupprimer
  4. Le voici: http://www.awbokhandel.se/store
    C'est en suédois (vous pouvez faire clic droit sur la page et "traduire en français").

    RépondreSupprimer
  5. Intéressant, je vais me le procurer. Il y a t'il une limite d'âge ? Mon garçon a 15 mois et il dort avec nous encore, j'imagine que cette méthode n'est pas compatible avec le cododo ?

    Merci pour l'article :) !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Pierre-Justin

    Comme indiqué dans le début de l'article, ce livre est compatible avec le cododo, en tous cas nous l'avons mis en pratique à la maison avec le cododo :-)
    Merci de votre commentaire !

    RépondreSupprimer
  7. et comment procéder avec les plus grands de 4 et 5 ans ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Avec les plus grands, le processus est le même. On ne positionne pas les mains sur leur dos, on ne "tapote" pas non plus, mais on les couche dans leur lit, on ferme la porte, on reste derrière la porte en disant bonne nuit, à demain. L'enfant va se lever, potentiellement ouvrir la porte, vérifier qu'on est bien là. On le raccompagne dans son lit, en disant la comptine, et on se remet derrière la porte. En tous cas c'est comme ça que je verrais les choses si c'était mon cas. Il faut faire comprendre à l'enfant qu'on est là, qu'on ne l'abandonne pas, mais qu'il doit apprendre à s'endormir seul. On l'accompagne dans cet apprentissage de l'autonomie du sommeil.
      Entre 4 en 5 ans, c'est aussi le moment de crises d'angoisse, des terreurs nocturnes, il faut aussi prendre le temps avec son enfant qui se réveille en pleine nuit, terrifié mais encore endormi. La méthode n'est à mon avis pas adapté dans ces cas là.

      Supprimer
  8. Bonjour,
    je suis tombée ici par hasard, et ça m'a intrigué. Ma fille de deux ans et demi est incouchable, nous y passons parfois deux heures et dans les hurlements, les cris, les pleurs... Nous restons toujours avec elle dans son lit jusqu'à ce qu'elle s'endorme puis nous partons sur la pointe des pieds comme en parle votre article.
    La methode donc m'interesse, mais j'ai plusieurs questions.
    Comment faire face à un enfant qui hurle ? véritablement. à avoir des spasmes de sanglots et plus de voix ? Notre fille gere tres mal ses emotions et ça, j'ai peur que ce soit fort pour elle. Surtout seulement en répétant la "comptine", elle va hurler de plus belle, c'est sur.
    Je trouve aussi difficile de lui interdire de venir à nous, comment réagir dans ce cas ? si l'enfant à peur de la solitude, de l'abandon, je ne vois pas omment lui interdire de nous approcher peut etre rassurant ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !
      Merci pour votre commentaire. Vous n'êtes pas seule dans ce cas, à vous poser des questions.
      Quand l'enfant hurle, il dit clairement qu'il se sent en danger dans son lit. Et si vous réagissez et que vous l'enlevez effectivement de son lit, vous confirmez que le lit est bien dangereux.
      Alors oui, votre fille va être un peu surprise par votre changement d'attitude, et va hurler pour vous appeler. Vous allez lui rappeler que vous êtes là, tout près, et qu'elle ne risque rien. Et si elle vient à vous, vous n'hésiterez pas à la remettre tendrement dans son lit. Il s'agit d'agir avec douceur et amour, pas de lui interdire de venir à vous. Si vous souhaitez fermer la porte, et qu'elle vient derrière, il se peut qu'elle vienne juste vérifier puis qu'elle reparte dans son lit (si il est accessible pour elle).
      C'est normal qu'elle refuse d'être seule, ce n'est pas dans la nature humaine d'être seul après tout. En réalité elle n'est pas seule, vous êtes là, tout près, juste derrière la porte.

      Si vous sentez que c'est trop pour elle, la première fois, vous reprendrez votre ancienne habitude, pour recommencer le soir suivant.

      N'hésitez pas à moduler le son de votre voix, a essayer de parler doucement, ou au contraire clairement et fermement.

      N'oubliez jamais que c'est vous l'experte et que quelque soit les résultats de cette cure chez les autres, si après avoir essayé, vous sentez que c'est violent pour vous ou pour votre fille, c'est que ce n'est pas pour vous tout simplement !

      Je vous propose d'essayer au moins trois soirs, et de venir ici me dire les résultats. Votre fille va peut-être vous surprendre !

      Je vous propose également de regarder la piste alimentaire. Eviter de donner du sucre, du gluten aux enfants après 17h, permet d'avoir un système nerveux apaisé favorable à l'endormissement.

      Veillez également à ce qu'elle ait le ventre plein en allant au lit, vous pouvez la coucher tout de suite après le repas, la digestion étant un moment favorable.

      Ce serait vraiment chouette de lire de vos nouvelles ! Notamment en ce qui concerne la gestion des émotions de votre fille. Car immanquablement, un enfant qui dort bien pourra reprendre le dessus sur ses émotions et les laissera le traverser sans qu'elles le débordent.

      Je vous souhaite de douces nuits !

      Supprimer
  9. bonjour!et concernant les réveils nocturnes? il y a quelque chose à faire en particulier? parce que le mien, l'endormissement aucun soucis, par contre il se réveille 3-4 fois la nuit en pleurant. parfois il retrouve sa sucette tout seul et se rendort mais parfois on doit venir lui redonner la sucette... as si

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour !

      Merci pour ton commentaire. Le principe évoqué par Anna Walhgreen est le même la nuit. Reposer son enfant dans son lit, réciter la comptine en s'éloignant. Elle précise bien qu'on supprime la sucette à l'enfant en une nuit. A voir si c'est quelque chose qui vous semble judicieux dans votre situation actuelle.

      Belles nuits à vous

      Supprimer
  10. Bonjour
    Je viens de lire votre article et je me reconnais dans pas mal de choses que vous mentionnez (C. 11 mois, ne s'endort que avec tétée, se réveille une à quatre fois par nuit et ne se rendort que avec tétée là aussi, fait des siestes très courtes car se réveille dès que posé...).
    Je suis au bout du rouleau: je manque cruellement de sommeil, lui aussi, et mes journées sont "grignotées" par le temps passé à le coucher matin, après midi et soir (souvent pour rien...). Du coup, j'ai aussi moins de temps dispo pour N°1. Tout le monde en pâtit...
    J'ai cru un instant voir le bout du tunnel grâce à votre article... mais le livre n'est plus édité. Et je ne comprends rien au site de l'auteure, impossible de passer la page en français.
    Serait-il possible de décrire un peu plus la méthode employée pour essayer de la mettre en place rapidement, le temps que le livre soit de nouveau édité?
    Merci d'avance
    Camille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Camille,

      Sur Amazon, il est en rupture de stock, je vous invite à vous inscrire pour l'obtenir dès que le stock sera recomposé. Et si vous lisez l'Anglais, vous pouvez commander cette version ci :
      https://www.amazon.com/GNS-Nights-Sleep-Anna-Wahlgren/dp/9197773611

      Je peux tout à fait vous donner plus d'information sur la méthode, je vous invite à laisser votre adresse email pour que je vous recontacte en perso.

      Supprimer
  11. Bonjour,

    Merci pour cet article ! Je n'arrive pas d tout à trouver le livre sur le site d'Anna Wahlgren (enfin pas en Français...) savez-vous où je pourrais le trouver ?
    merci par avance :)

    RépondreSupprimer
  12. bonjour, merci pour cet article! comment faire pour appliquer la méthode quand l'enfant est allaité et s'endort depuis toujours au sein? mon bonhomme a 3 ans et demi et se réveille plusieurs fois par nuit pour téter (co-dodo). merci d'avance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je peux vous parler de mon expérience en la matière, car effectivement avec la méthode ma fille a pu s'endormir seule le soir, mais la nuit continuait de demander le sein et comme nous dormions près l'une de l'autre, il était difficile pour moi de sortir de la chambre et d'égrener la comptine, bien que j'ai essayé plusieurs fois.
      En réalité, un beau jour j'ai refusé de l'allaiter. C'est "l'attitude d'évidence" dont parle Anna WalhGreen dans son livre. J'ai expliqué à ma louloute que la tétée ça se faisait à deux, et que les deux devaient être d'accord. Mais que moi, là, la nuit, je dormais et que je n'avais plus envie. Je me souviens avoir eu une semaine difficile, où j'ai mis à contribution le papa qui a pu consoler. En effet, la consoler contre moi, avec l'odeur du lait, c'était de la torture pour elle.
      Mais j'ai écouté ses sentiments, je lui ai dit à quel point elle trouvait ça dur, que je voyais que c'était difficile, qu'elle n'était pas d'accord du tout... c'est une sorte de deuil finalement pour eux.

      Et puis elle a finit par accepter.

      Elle vient toujours me rejoindre très souvent au petit matin, mais elle ne me réveille pas et pour moi c'est ok. Et elle ne tête que "quand il fait jour". C'est l'accord entre nous à présent.

      Je vous souhaite une belle recherche de solution.

      Supprimer
  13. Bonjour,
    Merci pour cet article éclairant ! Je me retrouve également beaucoup dans tout ça.
    J'ai acheté le livre en anglais, je ne l'ai pas encore fini mais j'aimerais éviter les écueils.
    Nous voudrions continuer cododo et allaitement. Pouvez-vous me dire si vous avez conduit l'arrêt de l'allaitement la nuit au 1er jour et comment cela c'est passé avec les tétés diurnes ? Est que le papa a géré la première nuit ?
    D'avance un grand merci :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Elodie !

      Il me semble avoir continué d'allaiter la nuit un certain temps encore, notamment parce que certaines fois je n'arrivais pas à être suffisamment réveillée pour faire la comptine, et d'autres ou mon conjoint dormait avec nous donc impossible de la laisser râler près de lui.
      Notre problématique était surtout centrée sur l'endormissement, car c'était beaucoup trop long pour nous.
      Ceci étant dit, nous avons sentie une différence significative quand elle a réussi à s'endormir seule, elle a aussi mieux dormi la nuit, avec des réveils surtout au moment de "l'heure du loup" comme dit Anna dans le livre (4-6h).

      Aujourd'hui, avec la rentrée à l'école, ma fille se réveille à nouveau la nuit, et notamment vers 5h du matin. Elle a besoin d'un calin parce qu'elle a peur. Et ensuite se rendort. Ce qui corrobore la théorie de l'heure du loup.

      Oui le papa m'a beaucoup soutenu les nuits. Sur ce processus là d'endormissement, nous nous relayions chaque soir pour rester devant la porte, chacun avec son style de comptine. La nuit par contre, c'était plutôt moi qui gérait, sauf quand à bout de fatigue, j'allais dormir au rdc pour une grande nuit de sommeil, et que le papa gérait la nuit comme il pouvait.

      Supprimer
    2. Merci de votre réponse.
      Pouriez vous me donner la traduction française des étapes après le repositionnement ?
      Pour ous aussi, l'endormissement est très long, mais en ce moment elle se réveille de plus en plus et se rendort mal en bougeant beaucoup.
      Parlez-vous des nuits suivant la "cure" ou bien avez-vous allaité aussi la première nuit ?

      Supprimer
    3. Elodie, j'aimerais beaucoup vous donner la traduction mais comme vous avez pu le lire des amis m'ont prêté le livre et à présent je ne l'ai plus. J'attends tout comme vous une réédition française pour me l'acheter...

      J'ai entendu dire qu'il allait être rééditer en français à nouveau.

      Je parle bien des nuits pendant la cure. Ca a été ma façon de l'appliquer, ce n'est pas ce recommande Anna Walhgreen.

      Voici de mémoire le processus après le repositionnement : on est donc dans le cas où un enfant pleure fort et refuse la comptine. On rentre alors, on repositionne son petit corps dans son lit, on pose les mains en éventail sur son dos on attend 10s, puis on fait un appui ferme et on commence à égrener la comptine en retournant derrière la porte. Et on recommence autant de fois que l'enfant en a besoin et tant qu'on sent que c'est juste.

      Il a aussi pour les plus petits la technique du tapotement : on positionne l'enfant face au matelas, les genoux replié sous lui. On pose une main sur le bas de son dos et de l'autre repliée en poing, on tapote tout doucement ses fesses / sa couche de façon a lui faire faire de petits mouvements d'avant en arrière.

      C'est une autre façon de repositionner, et ça s'applique plutôt aux bébés.

      Belle recherche à vous !

      Supprimer
    4. ok merci, ces petits détails m'éclairent bien le tableau !

      Supprimer
    5. Bonjour,
      J'aurais voulu savoir comment vous fesiez pour les siestes ? Ma puce dort au sein, je ne sais pas si je dois appliquer la même technique que pour la nuit ?
      D'avance merci :-)

      Supprimer
    6. Bonjour Elodie,

      Est-ce que la situation actuelle pour les siestes vous convient ? Si oui il n'y a aucune raison de changer quoi que ce soit !

      Sinon, et bien pourquoi pas essayer la même chose ?

      Belle sieste à vous :-)

      Supprimer
    7. Bonjour

      Mon bébé de 11 mois fait ses nuits (même s'il se réveille tôt,ou n'arrive pas à se rendormir au petit matin), par contre c'est galère niveau sieste, il pleure et quand il s'endort ne dort pas longtemps 40 min ou moins à 1h , quand il se réveille il est très clair qu'il a encore envie de dormir.Que faire ? Surtout que pour les nuits on a regretté d'avoir laissé pleurer..Merci

      Supprimer
  14. Nous venons de rééditer le livre qui était épuisé, il est désormais disponible sur www.biovie.fr et nous avons aussi ouvert un groupe fb sur le sujet : https://www.facebook.com/groups/1165163280186519

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Eric,

    C'est un grand plaisir pour moi de lire ton commentaire et une très belle nouvelle pour tous ceux qui cherchent à acheter ce livre ! Je serais parmi celles qui souhaitent l'acheter. D'autant plus que j'ai l'habitude de commander sur ton site :-)

    Bravo pour cette initiative et au plaisir de te rencontrer :-)

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,
    Je découvre cette méthode alors que mon fils Emilio a 9 mois et j'ai bien hâte d'en savoir plus. J'aimerais beaucoup avoir accès au livret de Sarah Bussenot mis je n'y arrive pas avec le lien.
    Pouvez-vous m'aider?
    Merci beaucoup!
    Ariane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ariane,

      J'ai mis à jour le lien, ça devrait fonctionner à présent.

      Bonne lecture à vous, et belles fêtes de fin d'année pleine de douces nuits de sommeil :-)

      Julie

      Supprimer
  17. Bonjour, je viens de finir de lire le livre ! J'ai deux garçons de 4 ans et demi et 2 ans. Ils dorment dans la même chambre. Comment procéder du coup? Pour les premiers jours faire dans deux chambres différentes? En fait on a une chambre pour tous.... Les endormis sèment sont un calvaires qui dure des heures.... je suis à bout ! ! Je vois raconterai

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      La cure peut tout à fait être réalisée avec deux enfants dans la même chambre, il faut juste faire quelques adaptations. Vous pouvez aussi faire la cure avec un enfant puis avec l'autre, à vous de voir comment ils réagissent.

      Belle année à vous !

      Supprimer
  18. Bonsoir,

    on m'a offert très récemment le livre de la cure Au dodo les petits. Comme il y a urgence je l'ai presque déjà lu en entier mais il y a des questions qui me taraudent et des points qui restent flous pour moi. Avant de me lancer dans cette aventure, qui m'impressionne beaucoup d'ailleurs, j'aimerais beaucoup pouvoir vous parler au téléphone si c'est possible afin d'avoir peut-être des réponses à mes questions et me sentir rassurée.
    Dites moi si vous êtes d'accord. Très bonne année à vous et félicitations pour votre blog et ce partage autour de l'éducation bienveillante !! Merci beaucoup par avance, Marie, qui a très hâte de retrouver des nuits de sommeil complètes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marie et belle année à vous aussi !

      Vous pouvez laisser un message avec votre mail, je ne le publierais pas et nous pourrons discuter ainsi ?

      En attendant, je vous souhaite une belle année pleine de douces nuits...

      Supprimer
  19. Laisser un enfant pleurer seul derrière une porte c'est tout sauf bienveillant! C'est du dressage ni plus ni moins!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Je comprends votre point de vue. Effectivement cela peut être perçu comme du dressage. Je rappelle qu'il ne s'agit pas de laisser l'enfant seul, mais je l'accompagner en étant complêtement disponible pour entendre sa colère et de ne pas le laisser pleurer justement, mais revenir vers lui quand c'est trop dur pour lui.
      Cet outil peut être la voie de la moindre violence quand les parents sont à bout. C'était le cas dans notre famille, le manque de sommeil était en train d’abîmer durablement nos relations avec nos enfants et entre nous.

      Mais si c'est votre façon de penser, c'est probablement que vous n'en êtes jamais arrivé à ce point là d'épuisement et c'est une très bonne chose !

      Si vous avez d'autres solutions à proposer pour retrouver des nuits paisibles, je vous en prie, indiquez nous votre façon de voir.

      En vous souhaitant de belles nuits,

      Julie

      Supprimer
    2. Pardon il semblerait que je n'ai pas répondu au bon endroit, je recopie ici ma réponse :Dans le livre ils expliquent clairement qu'il faut laisser l'enfant dernière la porte même si il pleure, pour moi ça n'est absolument pas bienveillant. Comme pour la technique du 5 10 15, ça apprend seulement à l'enfant qu'appeller ses parents ne sert à rien donc il perd confiance en lui et en eux. Ca marche sans doute, il n'appelle plus mais à quel prix?
      Pour info mon fils a fait 'mes' nuits vers 30 mois (fin des dents, coïncidence?) Il s'endort à mes cotés car il en a besoin et je trouve ca tout à fait normal, c'est notre culture occidentale qui nous fait croire le contraire (à l’école il s'endort sans moi sans aucun souci).
      Je sais donc ce qu'est l’épuisement aillant vécu des réveils nocturnes pendant 30 mois mais jamais je ne le priverais de mes bras pour autant, et j'ai bien fait car aujourd'hui il dort parfaitement bien et surtout il aime ca! Ca n'est pas l'enfant qu'il faut changer quand on est fatigué mais l'environnement; On peut par exemple demander plus de relai, faire du cododo et surtout vérifier que l'enfant n'a pas un problème autre (anxiété reflux autre probleme de santé etc). C'est un apprentissage long mais comme pour la "propreté" ou l'alimentation, ça n'est pas en forçant les choses que ça viendra efficacement en fait, bien au contraire car l'enfant forcé va assimiler le sommeil comme étant une contrainte toute sa vie. Il faut écouter son cœur et son enfant. C'est dur oui mais c'est pour leur bien être futur.

      Supprimer
  20. Dans le livre ils expliquent clairement qu'il faut laisser l'enfant dernière la porte même si il pleure, pour moi ça n'est absolument pas bienveillant. Comme pour la technique du 5 10 15, ça apprend seulement à l'enfant qu'appeller ses parents ne sert à rien donc il perd confiance en lui et en eux. Ca marche sans doute, il n'appelle plus mais à quel prix?
    Pour info mon fils a fait 'mes' nuits vers 30 mois (fin des dents, coïncidence?) Il s'endort à mes cotés car il en a besoin et je trouve ca tout à fait normal, c'est notre culture occidentale qui nous fait croire le contraire (à l’école il s'endort sans moi sans aucun souci).
    Je sais donc ce qu'est l’épuisement aillant vécu des réveils nocturnes pendant 30 mois mais jamais je ne le priverais de mes bras pour autant, et j'ai bien fait car aujourd'hui il dort parfaitement bien et surtout il aime ca! Ca n'est pas l'enfant qu'il faut changer quand on est fatigué mais l'environnement; On peut par exemple demander plus de relai, faire du cododo et surtout vérifier que l'enfant n'a pas un problème autre (anxiété reflux autre probleme de santé etc). C'est un apprentissage long mais comme pour la "propreté" ou l'alimentation, ça n'est pas en forçant les choses que ça viendra efficacement en fait, bien au contraire car l'enfant forcé va assimiler le sommeil comme étant une contrainte toute sa vie. Il faut écouter son cœur et son enfant. C'est dur oui mais c'est pour leur bien être futur.

    RépondreSupprimer
  21. Pour ma part, je crois que rien n'est jamais acquis dans le sommeil des enfants et ne suis pas vraiment adepte des "méthodes miracles". Nous avons toujours réconforté notre fille. Elle est passée par des périodes où il y'avait 10 réveils par nuit et on se demande parfois comment on a pu tenir. Et les enfants grandissent, tout passe, tout change; Elle a aujourd'hui 20 mois et on s'adapte toujours. Il y'a eu de gros changements avec un déménagement, un changement de nounou et ma reprise du travail alors qu'elle avait 18 mois, couplé avec l'acquisition de la marche. Il y'a eu un bon mois avec un sommeil très compliqué.C'était des angoisses. On a répondu présent. Et au fur et à mesure, nous avons appliqué une méthode qui ressemble à celle que vous indiquez dans votre article, mais qui pour moi ne relève pas d'une méthode mais seulement de la communication. Après le rituel du coucher, l'un de nous reste avec elle à lui tenir la main, assis à côté d'elle. Nous la prévenons que nous restons un peu avec elle, pour se détendre ensemble, que cela va durer 3 tours de musique et qu'après nous la laissons dormir. En partant, nous lui disons que nous l'aimons "grand comme ça" en écartant les bras, "et "plus encore", nous lui disons bonne nuit, au revoir, à demain matin. Elle râlait au départ, et maintenant c'est elle qui me dit au revoir en lâchant ma main quand elle en a assez lol. Parfois, il faut revenir lui faire un câlin, parfois elle se réveille la nuit, et on y retourne bien entendu. Ce qui me choque dans cette méthode, c'est le fait que l'auteur dise qu'elle applicable à partir d e4 mois !!! Pour moi, il faut attendre que l'enfant soit en âge de vraiment communiquer et de comprendre les mots qui sont prononcés. En fait, ça dépend de chaque enfant. Il faut être à son écoute selon moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis complètement d'accord avec vous dans le sens que la cure propose des principes qui me semblent très importants à retenir : "la nuit rien ne se passe", l'attitude d'évidence, les besoins en sommeil des enfants, la corrélation entre leur santé et leur sommeil... et ce sont ces principes là qui doivent nous guider. Ensuite c'est à nous, parents-expert-de-nos-enfants, d'adapter la cure en suivant notre instincts je trouve, et en sentant ce qui est supportable -pour nous et pour eux- et ce qui ne l'est pas.
      D'ailleurs pour moi, ne pas avoir de soirée sans enfants était devenu insupportable à ce moment là. Cette cure m'a permit de répondre à mes propres besoins tout en, j'en suis encore convaincue aujourd'hui, 2 ans après, répondant au besoin de réassurance de ma fille.

      Supprimer
  22. Bonjour,
    J ai commencé la cure la nuit passée et je dois avoué que cela à été tres dur. Sur les 5 fois qu elle s est reveillée, deux fois j y ai passé 2 heures en la flapotant et disant la comptine avant qu elle arrive à s endormir, est normal?
    Résultat ce matin nous sommes tous très farigué et surtout ma fille de 9 mois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Votre fille a 9 mois, et le flapotage n'a pas semblé la calmer. C'est compliqué la première fois de sentir ce qui est juste ou pas pour son enfant. Et la première nuit est souvent très difficile également.
      Je dirais personnellement que 9 mois est un age un peu trop grand pour le flapotage. A moins que vous n'y voyiez des effets bénéfiques, je partirais plutôt sur le repositionnement en douceur, un éventail, puis la comptine en sortant de la chambre.
      Dans son livre, Anna explique que la comptine est dîtes en partant, puis depuis l'extérieur de la chambre.
      J'ai l'impression dans votre récit, que vous êtes restée près de votre fille jusqu'à ce qu'elle s'endorme ??

      Je vous propose de relire à nouveau le livre, les parties sur l'attitude d'évidence et sur l'éventail en particulier.
      N'hésitez pas à venir nous décrire vos avancées !

      Dans tous les cas, ne pas laisser l'enfant pleurer avec des pleurs d'angoisse ou de terreur, écouter votre instinct, ne pas suivre la cure à la lettre mais l'adapter à votre situation particulière.

      Supprimer
  23. Bonjour, je suis sur le point de me lancer dans la cure avec ma fille de 8 mois. Seulement, quelques questions me taraudent, et je vous en serai reconnaissante si vous pouviez m'aider sur ces points :
    1) ma fille a l'habitude de s'endormir au sein. Du coup, comment faire pour savoir quand elle aura suffisamment mangé, pour la détacher, et ensuite passer à la "rigolade" ?
    2) pour les siestes de jour, faut-il le noir complet ? Faut-il aussi un moment de "rigolade" avant le sommeil ?
    3) dans un mois, soit normalement après que la cure soit mise en place, nous devrons partir plus tôt que le réveil (avant 7h) pour prendre le train. Comment procéder pour respecter le sommeil de l'enfant mais en ne pouvant pas faire autrement que la réveiller (ou du moins sortir du lit) avant le réveil ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Vous ne m'indiquez pas les raisons qui vous poussent à appliquer la cure avec votre fille de 8 mois ?
      Changer les habitudes, les vôtres et celles de votre fille, n'est pas aisé. Effectivement, le soir, il faut s'assurer qu'elle ai suffisamment mangé avant de la coucher. Il est important qu'elle sache que le rythme du soir va changer, et pourquoi. En une phrase ou deux, n'hésitez pas à lui rappeler plusieurs fois dans la journée ce qui va se passer le soir, et surtout pourquoi vous mettez ça en place.
      Lorsqu'un enfant tête, on peut l'entendre déglutir. En général, au bout d'un moment il n'y a plus de lait qui coule. Personnellement, c'était le cas au bout de 10 minutes, je passais donc ma fille à l'autre sein, ensuite elle revenait au premier 5 minutes, puis au second 5 minutes, et c'était terminé. A vous de sentir quand votre fille a terminé de boire.
      Vous dîtes que votre fille s'endort au sein, est-ce un problème pour vous ? La cure est un ensemble de principes, mais il n'est pas nécessaire de tout appliquer, vous pouvez à mon avis ne l'utiliser que pour les siestes, ou que pour les réveils nocturnes... l'important c'est le sentiment de sécurité qui se dégagera de votre attitude, et d'évidence.
      Si Anna laisse autant de flou autour des siestes, c'est que je pense, nous appliquons tous des choses différentes et qu'il est nécessaire de trouver ce qui convient le mieux en ayant les principes directeurs en tête. Personnellement, j'ai toujours laissé la lumière du jour à ma fille pour la sieste, et le soir une petite veilleuse pour éviter la panique.
      Et nous ne faisions pas de rigolade avant les siestes.

      Par rapport à ce que vous dîtes sur le coucher, je vous propose par exemple que la rigolade soit avant la mise au sein, si vous la conservez, qui est son rituel d'endormissement, et la poser dans son lit avant qu'elle soit tout à fait endormie.

      Pour votre dernière question, il est important d'être régulier sur les horaires en effet, surtout les premiers jours / semaines. Mais si une fois ce n'est pas possible, vous n'allez pas repartir de zéro ensuite, votre fille sait ce qui est de l'ordre du "normal" et de "l'exceptionnel". Pas d'inquiétude donc, et n'hésitez pas à revenir ici me donner des nouvelles de votre mise en place de la cure :-)

      Supprimer
  24. Merci pour votre réponse si rapide. Effectivement, je n'ai pas indiqué les raisons qui me poussent à suivre la cure. Ma fille ne dort pas. Cette nuit, elle s'est à nouveau réveillée toutes les 2h30. Et évidemment, je vais la chercher et je la met au sein pour qu'elle se rendorme. Mais ce n'est pas la solution, car elle ne sait à présent que s'endormir au sein et pas autrement. La journée, elle ne dort pas non plus, seulement en écharpe lors de balades quotidiennes. Le sommeil est donc devenu source de problème, pour elle qui est très fatiguée, et pour moi aussi. C'est un phare dans la tempête, ma dernière ressource.
    Je reviendrai vous donner des nouvelles, promis. Encore merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous souhaite beaucoup de sérénité et de douceur. L'endormissement au sein n'est pas une solution en effet. Votre fille a besoin d'apprendre à s'endormir seule, de glisser tranquillement vers cette autonomie. Vous avez aussi le groupe Facebook pour trouver du soutien. Belle aventure à vous.

      Supprimer
  25. Bonjour,

    Je découvre votre blog... et je partage les mêmes fondamentaux : la bienveillance, l'éducation, l'allaitement, le sommeil...

    J'ai 3 enfants, mon tout petit à 4 mois et se posera bientôt la question des nuits, du rythme familial et de l'épuisement maternel.

    On a vécu cela avec notre 1er bébé, mais avec notre 2ème, on est allés trèèèèèèèès loin, bien au delà de ce qu'on aurait cru être possible d'accepter : endormissement au sein pendant 28 mois. Impossible de l'endormir par quelqu'un d'autre que Maman. Des endormissements qui durent des heures (jusqu'à 2h30). des réveils 5 à 6 fois par nuits jusqu'à 18 mois, puis 2 à 3 fois jusqu'à 2 ans.

    J'ai été à l'écoute de mes petits jusqu'à m'oublier et oublier mon couple. Il y a eu plus d'un an sans AUCUNE soirée en famille. Sans aucun temps libre. Trop de fatigue, trop d'épuisements.

    Nous aimons nos enfants, et nous voulons aussi le meilleur pour notre (dernier) bébé. Nous savons que quelles que soient les difficultés de sommeil : elles finiront par passer.
    Mais si cela pouvait se passer un peu moins difficilement, ce serait vraiment chouette. Je n'ai pas envie de frôler à nouveau le burn-out.

    J'ai lu Au dodo les petits (et Elisabeth Pantley avant, Tracy Hoggs, Isabelle Filliozat et Catherine Gueguen...) et je suis d'accord avec Anna Wahlgren qui dit que la vie avec des petits enfants devrait être joyeuse et du pur bonheur.
    Je sais que trop fatigués, les enfants et les parents ne profitent pas à 100% de la vie ensemble.

    Je suis convaincue par la cure Au dodo les petits, mais 2 points me retiennent et j'ai besoin d'en parler !

    - l'allaitement exclusif : je veux allaiter exclusivement jusqu'à minimum 6 mois. Mais après l'introduction des solides, il faut quand même un sacré moment avant que l'apport en solides complètent et compense l'apport nutritionnel du lait maternel (des légumes vapeurs sont bien moins nourrissant que du lait maternel, non ?)
    Obstacle n°1 : j'ai peur que mon bébé n'aie faim la nuit pendant la cure, je n'ai pas envie qu'il souffre d'un manque de nourriture

    - le laisser pleurer : j'ai toujours refusé de laisser pleurer mes enfants. Quitte à devenir presque dingue, mais c'est ainsi.
    Les études qui mettent en rapport le stress de l'enfant qu'on laisse pleurer, mesurées par le taux de cortisol secrété (les soirs où il pleure et les soirs où il semble calme)me confortent dans cette idée que le dressage au sommeil peut avoir des conséquences néfastes à long terme.
    Obstacle n°2 : la cure Au dodo les petits ne pourrait elle pas être une forme de méthode qui laisse pleurer même si elle est très rapidement efficace ?

    A ce sujet, il y a un article sur le site de l'OVEO qui me laisse perplexe...

    Enfin, je ne sais pas quoi penser et c'est là où j'ai besoin d'échanger pour avancer.
    Vaut-il mieux des années d'écoute et d'empathie, de bienveillance et de manque de sommeil pour toute la famille (comme nous avons fait avec endormissements au sein et allaitement de nuits et exclusivité avec Maman) ?
    Ou vaut-il mieux un stress de l'enfant lié à la cure Au dodo les petits, mais qui permet un sommeil pour toue la famille ?

    Merci de vos idées !

    Ps : Situation actuelle : Bébé a 4 mois, tous les endormissements au sein (possible aussi en voiture ou en écharpe), 3 à 4 siestes en journée, nuit à partir de 19h30 mais 5 à 6 réveils pour téter la nuit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Et merci pour votre long témoignage, qui me rappelle des souvenirs...
      3 enfant, qui ont tous eu des problèmes de sommeil, notamment le second, et le troisième qui part dans la même direction... c'est compliqué et puis vous savez ce qui va arriver dans les prochains mois et vous tendez le dos, c'est bien normal !

      J'ai moi aussi lu l'article de l'OVEO et je pense que la personne qui l'a rédigé n'a pas pris le temps de lire le livre à fond car je pense que cet article aurait pu être plus nuancé.

      Je connais et j'ai lu des témoignages de familles au bord de l'implosion qui ont eu beaucoup de bénéfices à utiliser la cure, et qui ont eu des bénéfices à l'utiliser au profit de la méthode 5-10-15 également. Je trouve personnellement que c'est un bon compromis.

      Il est important de bien s'imprégner des principes de cette cure. Je crois qu'il est des valeurs fondamentales comme l'attitude d'évidence et la sécurité qui me semble aujourd'hui indispensables à une vie de famille équilibrée.

      Bref, je ne sais pas si je peux vous apporter des réponses au sens strict du terme, mais je peux vous donner mon sentiment.

      Mon deuxième enfant s'est réveillé au moins une fois par nuit jusqu'à ses 5 ans... et jusqu'à 5 ou 6 fois... je vous laisse imaginer...
      A savoir que j'ai allaité tous mes enfants jusqu'à très tard... ma fille a 4 ans aujourd'hui et prend encore le sein deux fois par jour. Donc la cure est complètement compatible avec l'allaitement. Par contre je pense qu'un bébé de 4 mois a besoin de boire la nuit, contrairement à ce que Anna dit dans son livre, et ce jusqu'à ce que ses repas soient suffisamment consistants, ce qui a été au 1 an de mon second enfant par exemple. Je pense que la cure ne peut être appliquée "complète" qu'à partir de ce moment là.
      Je vous proposerais bien de mettre place uniquement ce que vous sentez juste pour vous et votre enfant. Les siestes, la rigolade du soir, le réveil en fanfare, l'endormissement sans le sein, avec la comptine et les flapotement par exemple, et de laisser votre enfant vous réveiller la nuit pour téter. Je pense que déjà ça va vous apporter un grand bien être, le fait de pouvoir contrôler la situation hors nuit.

      Oui quand on applique la cure, les enfants pleurent, ils réclament notre proximité comme ils l'ont toujours connu. Pourtant ce ne sont pas les mêmes pleurs que ceux de l'abandon, et si ça l'est je ne laisserais pas mon enfant pleurer ainsi. Il s'agit plus de pleurs de colère, de frustration, ce qui est bien normal puisqu'on leur retire quelque chose qu'ils avaient. Un enfant peut pleurer de la même manière dans vos bras s'il est contrarié par exemple. Et il ne s'agit en aucun cas d'abandonner son enfant ou de le laisser pleurer / hurler de terreur. Je vous propose de tester et de venir me dire votre sentiment là dessus ?

      Et dans tous les cas, votre enfant a 4 mois. Il est aussi possible que de lui même il se régule et qu'il finisse par faire ses nuits sans votre intervention. 4 mois c'est bien petit, il est difficile de présager de ce que seront vos nuits dans un an, et ce même si son frère ou sa soeur a eu des problèmes de sommeil. Nos enfants ne prennent pas forcément les mêmes chemins.

      Bon courage pour la suite, n'hésitez pas à venir partager ici votre expérience :-)

      Supprimer
    2. Merci infiniment de votre réponse, qui va m'accompagner pour faire murir ma réflexion.
      Je reviendrai échanger avec vous. Savoir que vous êtes passée par là (et que vous avez survécu!) est positif.
      Et oui, peut-être que notre bébé trouvera tout seul le chemin du sommeil ;-)
      Merci encore, à bientôt

      Supprimer
  26. Bonjour
    J'ai lu le livre également. J'ai du mal à mm'imaginer comment l'adapter dans notre cas :
    Notre fils a 3 ans . Il a eu de gros problèmes orl ( c'est encore le cas aujourd'hui) qui l'ont amené à se révéiller beaucoup la nuit avec la douleur ( otites quasi permanentes jusqu'à la pose de ses aérateurs, et maintenant pharyngites etc...). La seule solution qu'on a trouvé vers ses huits mois pour le rendormir aprés deux heures de pleurs de douleur, c'était de lui donner un petit biberon de lait. Aujourd'hui, il n'arrive pas à perdre cette habitude malgrès nos tentatives, et se réveille environ 3 fois par nuits. Il dort mieux par périodes, mais invariablement, cela revient. Il vient d'avoir un petit frere (2 mois).
    Je me demande si quelqu'un a des suggestions sur la mise en place de la cure (première nuit):
    Nous n'avons pas de problème d'endormissement (mis à part le fait qu'il emmène son biberon avec lui , je crois que c'est vraiment son "calmant" emotionnel). Du coup , on supprime le biberon d'endormissement , et les autres , comme la tétine dans le livre ?
    La nuit, il se réveille en pleurant et demande son lait. Rentre t'on dans la chambre le repositionner, puis on sort avec la comptine ?
    Bref , si vous avez des suggestions, on est preneurs ! Merci mille fois !

    RépondreSupprimer
  27. Bonjour, je vous avais écris le 17 Mars et je reviens vers vous pour vous faire part de l'avancée de la cure que j'ai entrepris depuis 1 semaine avec ma fille. État des lieux avant la cure: ma fille de 8 mois met entre 1/2h et 3/4 d'heures à s'endormir au sein le soir, puis je la pose dans son lit. Elle se réveille toutes les 2h30 à 3h la nuit pour réclamer à manger. Elle ne dort quasiment jamais en journée, si ce n'est 1/2 heure par-ci, par-là, sur les genoux ou en écharpe. Que de fatigue pour tout le monde !
    Résultat obtenu une semaine après la cure : les couchers du soir se font en 10 minutes dès le 2ème soir, et rapidement en 2 à 3 minutes dès le 4ème soir. Quelques réveils la nuit, mais elle se rendort seule, plus besoin de manger. Par contre, le réveil était prévu pour 7h30 et elle se réveille souvent à 6h10 et jusqu'à l'heure du réveil, c'est difficile de "tenir" avec la comptine.
    Grand merci pour cette belle aventure qui fonctionne si bien !!
    Ce qui est vraiment compliqué, par contre, ce sont les siestes : ce sont de grosses colères et tristesse pendant 30 minutes. Sur une sieste de 45 minutes ou 1h30 c'est difficile ! J'ai besoin de vos conseils, je ne sais pas quoi faire et ça me fend le cœur de l'entendre pleurer comme ça. Pouvez-vous me conseiller, m'apporter des témoignages afin de l'aider au mieux à se poser ? Merci !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Que de belles victoires dans votre post ! Je vois des nuits qui s'étirent petit à petit et des coucher qui se font de façon fluides à présent, et ça c'est quand même le bonheur !

      Alors les siestes vous n'êtes pas la seule à avoir ce problème. Si vous pouvez aller sur le groupe facebook d'Eric Viard, vous découvrirez que beaucoup de parents galèrent. Non seulement pour faire dormir leur enfant, mais aussi pour que les siestes qui semblaient acquises persistent. Je vois que dans tous les cas, votre fille ne faisait déjà pas de sieste en journée de façon régulière.

      Je n'ai malheureusement pas de recette miracle. Je pense qu'un enfant qui dort tout à coup mieux la nuit, se retrouve avec un quota de sommeil supérieur et du coup a besoin de moins dormir la journée, pour un temps... puis que le sommeil réparateur de la nuit fait son oeuvre et qu'ensuite les siestes reviennent progressivement.
      Personnellement, j'ai opté quand j'ai fait la cure avec ma fille, pour la suppression nette de certaines siestes. Et j'ai allongé la sieste de l'après midi.

      Je pense qu'il est nécessaire de modifier le planning que l'on a prévu jusqu'à trouver celui qui correspond à tout le monde, et surtout à l'enfant.

      Vous sentez que votre enfant ne veut pas dormir le matin, rien ne sert d'insister. Vous le dîtes vous même, ça vous fend le coeur de l'entendre pleurer comme ça, alors n'insistez pas pour le moment et retenter la sieste dans une semaine, ou revoyez votre planning si vous le pouvez.

      N'hésitez pas à me donner des nouvelles, et si vous trouvez une solution pour les siestes je pense que d'autres parents seront ravis de vous lire.

      Belles nuits à vous :-)

      Supprimer
    2. Merci, mais je ne suis pas inscrite sur Facebook et ne compte pas le faire... n'y a-t-il pas un autre endroit pour en discuter avec d'autres si ce n'est ici ?
      Grand merci !

      Supprimer
  28. Bonjour

    J'ai commencé la cure il y a trois jours avec mon petit garçon de 3 mois. ça se passe globalement bien, l'endormissement en tout cas super bien et cette 2ème nuit aussi, il a réussi à se rendormir tout seul. Par contre ua niveau des siestes, il dort que 45minutes et je n'arrive pas à le rendormir, la première fois je l'ai flapoté presque 45 min, et les deux autres fois,il pleurait à chaude larme et je n'arrivais pas à le calmer alors je l'ai retourné je lui ai parlé et après je l'ai sorti du lit. j'avais prévu 1h30 le matin et 1h30 en début d'après midi mais je me dis que si je réduis à 45 minutes, il tiendra jamais jusqu'aà la prochaine sieste et du coup, il est épuisé!
    Bref je ne sais pas quoi faire, insister pour qu'il se rendorme, mais je ne veux pas le laisser hurler parce qu'il n'arrive pas à se rendormir ou me dire que pour l'instant il fait 45 minutes et que je reverrai mon planning quand il arrivera à dormir 1h30?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut attendre les 4 mois de l'enfant pour commencer...

      Supprimer
  29. Bonjour! Comment avez vous fait pour mettre en pratique la méthode en cododo alors qu'en principe il faut quitter la pièce?

    RépondreSupprimer
  30. Bonjour, je viens sur ce forum car j'ai besoin de témoignages. Parfois on se sent si seuls... J'ai commencé la cure il y a bientôt 1 mois avec ma fille de 9 mois. Très rapidement, tout s'est très bien passé : elle a fait des nuits de 11 heures sans interruption et j'arrivais à la coucher en 2-3 minutes après une bonne rigolade. Mais les choses se sont vite dégradées, elle a commencé à pleurer après la rigolade, puis de grosses colères se sont mises en place et à présent c'est des pleurs sans discontinuer pendant 15-20 minutes. Bien sûr, au début, je sortais de la chambre en égrenant la comptine, mais j'ai dû de plus en plus rester auprès d'elle pour la flapoter et lui faire l'éventail pour qu'elle se calme. Mais certains soirs, rien n'y fait, elle pleure et pleure ! J'ai besoin de savoir ce que je n'ai pas bien fait. Faut-il que je recommence tout depuis le début pour remettre les choses en place avec elle ? Je suis un peu (beaucoup) dépassée. J'ai besoin d'aide, si vous pouvez me la donner.
    Merci pour vos conseils.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je ne suis pas sure d'être d'une grande aide. Sur le groupe facebook, certains parents ont postés le même problème que vous. Où en êtes vous actuellement ? C'est rageant d'être parvenu à un équilibre mis à mal en aussi peu de temps.
      Je ne pense pas que tout recommencer soit une solution.
      Pourriez vous me décrire plus en détail votre rituel ? Peut-être l'heure de coucher ne lui convient plus ? Fait elle trop de sieste en journée ? Ou peut-être est elle couchée trop tard au contraire ?

      Comment se passent les siestes ?

      Soyez créative, les enfants aiment les rituels, mais nous devons nous adapter en permanence à leur faculté à grandir très vite et donc à voir leurs besoins évoluer rapidement. Restez à l'écoute, votre fille vous parle :-)

      Donnez moi de vos nouvelles !

      Supprimer
    2. Merci pour votre réponse. Je suis partie quelques jours avec ma fille, et là, c'est devenu la catastrophe : de peur de réveiller les autres personnes dans la maison la nuit, il fallait que je lui donne le sein pour la calmer.
      Résultat tout s'est dégradé.

      J'ai décidé de recommencer la cure au début, dès notre retour. Dès la 2ème nuit elle a fait une nuit complète de 11h sans réveil nocturne !!

      Les couchers étaient toujours difficiles, mais après quelques jours, nous avons réadapté la façon de faire la rigolade (maintenant nous faisons la rigolade directement dans son lit, ce qui n'était pas le cas avant), et les couchers se sont bien améliorés.

      En ce moment, le seul souci, c'est qu'elle se réveille une fois par nuit, qu'elle pleure (entre 4h et 6h). J'arrive à la rendormir en 5 min avec la comptine sans entrer dans sa chambre, ce qui est très bien. Mais ces réveils nocturnes persistent, je ne sais pas pourquoi. J'ai lu que les réveils pendant l'heure du loup pouvaient durer un peu, alors je patiente. Tant qu'on est à la maison j'arrive à gérer, mais dès qu'on n'est pas chez nous, ou bien que des invités sont là, je ne veux pas réveiller toute la maisonnée, alors je gère moins bien.

      Elle fait également une sieste de 2h le matin et entre 30 et 45 min l'après-midi. Mais nous trouvons qu'elle est encore fatiguée. Et le problème du soir, c'est que si nous la couchons plus tôt, elle se réveille aussi plus tôt (coucher 19h30 > 6h45) !!

      Ce qui me rassure, en ayant recommencé la cure, c'est que je sais que tout n'est pas perdu. Cela peut également rassurer d'autres parents, notamment la maman si dessous. La comptine fonctionne aussi très bien (entre la 1ère et la 2ème cure je l'ai tout de même changée, car je sentais que la 1ère commençais à faire l'effet inverse que à la calmer).

      Ce que m'a apporté cette cure c'est la confiance en moi et en ma fille car j'ai compris que nous savons nous comprendre et que tant que les choses sont comprises, il n'y a pas à discuter. C'est comme ça qu'elle a apprit à se laisser aller dans le sommeil.

      Bon courage à tous et merci pour vos conseils et soutient.

      Supprimer
  31. bonjour,
    mon petit a 4 mois maintenant, et j'en suis exactement au même stade.., il s'enerve, pleure,hurle.il n'arrive pas a se calmer. et du coup la nuit il se reveille bcp alors quèil dormait bien la nuit!

    RépondreSupprimer
  32. Bonjour... Ce post est très informatif. je recherchais justement des réponses a ce sujet.
    Bonne journrée

    RépondreSupprimer

Si vous ne savez pas quoi choisir dans la liste, sélectionnez Nom/URL en entrant uniquement le nom.